INTERCAFE

A Propos

L’interprofession du café du Burundi a été dotée de ses premiers organes le 2 décembre 2009 lors d’une réunion de l’Assemblée Générale des intervenants de la filière café sous la présidence du Président  des réformes à l’époque. Les points à l’ordre du jour étaient constituées de (1) l’adoption des statuts (2) désignation des familles professionnelles et leurs représentants dans l’Assemblée Générale (3) élection du Comité Exécutif.

Les décisions  prises dans cette réunion étaient (1) l’adoption des statuts de l’Interprofession du café  (2) la définition des familles professionnelles et l’élection de 24 membres représentants les différentes familles dans l’Assemblée Générale et (3) l’élection de 08 membres du Comité Exécutif.

Les différents organes mis en place ont été effectifs  à partir de la campagne 2010-2011 après l’agrément de l’InterCafé en bonne et due forme  en mars 2010 par l’ordonnance du Ministre de l’Intérieur de l’époque.

Le premier staff du Secrétariat Exécutif a été recruté respectivement en mi-septembre 2010 pour le Secrétaire Exécutif et début octobre 2010 pour l’Agronome, le Comptable et l’Assistante. La mission du Secrétariat Exécutif a été définie dans les statuts comme étant la gestion quotidienne sous la coordination et la supervision du Comité Exécutif.

Suite à l’exécution de diverses activités réalisées depuis sa création, l’Interprofession du café est aujourd’hui une réalité au Burundi.  Elle constitue une plateforme de tous les intervenants et à travers elle, certains accords interprofessionnels ont été convenus comme par exemple le système de détermination du prix au producteur basé sur les coûts de production  et les cours mondiaux du café.

C’est aussi au sein de l’Interprofession, à travers ses divers organes, que les intervenants définissent les programmes budgets jugés prioritaires pour le développement de leur profession en tenant compte de tous les maillons de la filière. A titre d’exemple, un partenariat entre les caféiculteurs et les dépulpeurs en matière d’amélioration de la productivité via les activités d’encadrement des caféiculteurs a été défini et mis en œuvre sur des principes discutés et convenus par les concernés.

Quant à l’amélioration de la qualité, plusieurs activités menées permettent aux différents intervenants de faire des efforts dans ce sens. En effet, les activités comme celles de la Cup of Excellence permettent l’obtention des prix extraordinaires et par conséquent les propriétaires des lots gagnants particulièrement les caféiculteurs en sont encouragés par des primes consistantes. La COE a permis aussi d’améliorer de manière générale la visibilité de l’origine burundaise.

On peut également noter que les différents contacts et lobbies menés auprès de certains bailleurs  et Partenaires Techniques et Financiers (PTF) ont abouti à l’obtention des financements de certaines activités de l’InterCafé. Il s’agit notamment des financements obtenus auprès (1) du projet RCCB de l’ONUDI et (2) du PADZOC en matière des formations et la COE  qui se termine chaque fois par une réunion des acheteurs avec les intervenants et un tour sur terrain des acheteurs (Buyer’s tour).

En plus, l’INTERCAFE a participé activement dans la préparation du Projet d’Appui à l’amélioration de la compétitivité du secteur café (PACSC) qui est financé par la Banque Mondiale. Aujourd’hui on est à la phase de mise en œuvre en tant que  l’une des trois agences d’exécution du projet. Pour ce faire une convention de financement a été signée pour l’exercice 2018 et est en cours d’exécution.